Projet collectif, comment trouver des gens qui ont la même étoile que moi ?

J’ai un rêve magnifique à réaliser mais je n’ose même pas en parler avec mes amis et ma famille. J’esquisse quelques mots sur le sujet à l’occasion mais rapidement je ressens un mélange d’incompréhension, d’inquiétude et de jugement. 

« Mais non, tu vas quitter ton super boulot pour planter des carottes ! »

« C’est un super projet ! Mais es-tu sûr de toi ? Comment gagner ta vie et nourrir ta famille ? »

Est-ce que je me lance dans un projet collectif ? Des habitats partagés, une activité agricole, un centre d’accueil pour migrants ancré dans la musique ? L’étincelle est allumée depuis quelques temps déjà, et c’est maintenant la flamme qui m’anime pour faire le premier pas. Mais comment trouver des gens qui ont la même étoile que moi ?

Rassurez-vous, c’est possible et même plus simple qu’il n’y paraît. Préparez-vous à faire de belles rencontres ! Je vais partager avec vous ma démarche pour impulser les premières rencontres autour du projet d’oasis dont je fais parti : la méthode « bouteille à la mer » ! Les projets collectifs se basent sur une raison d’être forte, associée à des valeur auxquelles vous ne dérogerez pas. L’idée est donc de mettre toutes les chances de votre côté pour rencontrer des gens qui ont aussi des valeurs similaires. 

En 4 étapes cela donne : 

  1. Préciser son étoile, la raison d’être de votre projet
  2. Représenter la raison d’être sous forme de dessin ou de schéma permettant à n’importe qui de le comprendre en quelques secondes
  3. Rendre ça joli en s’aidant de quelques amis
  4. Et lancez votre bouteille à la mer

Je partage avec vous cette méthode appliquée à mon projet pour vous aider à faire le premier pas.

ETAPE 1 – Ecrire son rêve, la raison d’être du projet et mes valeurs essentielles

Ici c’est un texte que nous avons écrit à deux avec ma femme. Il a bien évolué a fil des mois (vous le verrez sur les différentes photos en dessous). Rédiger ces quelques lignes prend du temps. Il est intéressant de faire un premier jet et d’y revenir les semaines suivantes. Aujourd’hui, notre raison d’être est la suivante :

« Un lieu de partage et de convivialité animé par des citoyens qui construisent une société plus humaine et plus proche de la nature pour apprendre à vivre ensemble demain. Ce lieu harmonieux en phase avec les progrès et les savoirs doit permettre un mode de vie plus sobre et plus autonome grâce au concours d’hommes et de femmes rayonnant autour d’eux bienveillance et tolérance notamment vers les enfants. »

ETAPE 2 – Représenter la raison d’être

A travers cette raison d’être, je vois un hameau groupant des habitations, des activités agricoles et des activités d’accueil (culture, formations, gîtes, …). Je dessine du mieux possible ces notions sur papier.

 

Ensuite, je réfléchis où je place la raison d’être sur cette page, le nom du projet (à ce stade c’est un nom de code car le nom du projet sera choisi par le collectif). Une feuille recto / verso pliée en 3 me semble idéale. 

ETAPE 3 – Rendre cela joli en s’aidant de sa famille et de ses amis

On arrive à une étape importante : transformer mes jolis croquis en jolis dessins. C’est mon frère qui m’a aidé sur cette partie (son blog : Les illustrations de Fanch), il a dessiné avec brio ce que j’avais griffonné. Pour être efficace, j’ai proposé des photos pour illustrer l’architecture des bâtiments.

 

Je me suis chargé de la mise en forme globale de la plaquette ensuite (agencement, typographie) avec l’outil PowerPoint (ou Impress qui est l’équivalent gratuit). 

Ensuite, j’ai « testé » cette plaquette auprès de connaissances pour voir si l’ensemble était compréhensible. Après quelques itérations, je me suis arrêté sur la plaquette ci-dessous :

ETAPE 4 – Lancer sa bouteille à la mer

Je suis désormais prêt pour fait connaitre mon projet. J’ai en tête la raison d’être, mes valeurs et une plaquette illustrant simplement ce que je souhaite développer. L’idéal maintenant est de cibler une région ou un territoire où je souhaite poser mes valises. Dans mon cas, c’est le pays d’Auray (Morbihan – Bretagne) où je suis né. A l’aide d’internet, j’identifie les réseaux associatifs actifs dans la transition écologique. J’envoie la plaquette accompagnée d’un message électronique décrivant mes motivations dans le projet à l’association Alternatiba pays d’Auray, Université Terre et Mer, Association Lucioles. Je contacte aussi le réseau national des COLIBRIS pour ajouter mon projet sur la carte des Oasis.

Quelques jours plus tard, les premiers contacts sont établis avec des personnes habitant dans les environs. C’est le début de l’aventure !

4
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Julien LerayNadia BAZANTE Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Nadia BAZANTE
Invité

Bonjour à vouus,
Je suis NAdia et moi aussi j’ai mes rêves : une fermette de la culture saine, et des projets fous …
Ou en êtes vous aujourd’hui ?
Cordialement