Installation agricole – mon parcours dans ce labyrinthe

Après avoir réalisé la cartographie "Le Labyrinthe à l'installation agricole", j'ai eu beaucoup de retours très positifs sur ce document. Merci beaucoup ! Pour l'illustrer concrètement je vous propose dans cet article de partager avec vous mon parcours personnel depuis septembre 2016, date a laquelle j'ai décidé de me reconvertir en maraîcher. Cet article est assez long, alors pour les plus enthousiastes je propose une blague dont la réponse sera quelque part dans le texte : monsieur et madame Honnette ont 3 filles, comment s'appellent-elle ?
En discutant de mon projet agricole avec ma belle-famille, j'ai appris qu’elle possédait un terrain de 6000m2 sur la commune de Plouhinec (Morbihan), dont une partie était constructible. Idéalement située à l'entrée du bourg, c'était la localisation rêvée pour installer ma petite ferme en vente directe (proximité du centre, grande affluence touristique l'été, proche de Lorient...) et y associer une à trois maisons en habitat participatif.

Septembre 2016

Octobre 2016

Cette parcelle est mise à disposition d'un paysan depuis 10 ans gratuitement. Naïvement je me suis dit qu'en discutant avec lui il serait possible de la récupérer pour m'installer (en tant de membre de la famille du propriétaire). Et bien en fait non, selon lui il y avait un bail agricole tacite de 9 ans. Etant à la 10ème année, il a été renouvelé et il lui reste 8 ans d'exploitation. La récupération de cette surface occasionne une perte de subventions PAC (Politique agricole commune) sur les 8 années de bail restant. J'ai donc dû prendre cela en considération dans le plan de financement de mon projet agricole.
Nous prenons ensuite rendez-vous avec la Mairie pour présenter notre projet "Hameau du Mezat" (qui aujourd'hui est baptisé "Demain en main"). C'est une autre douche froide en cette journée du 15 novembre 2016, où nous apprenons que le 13 novembre (2 jours avant) le tribunal administratif de Rennes a invalidé le Plan Local Urbanisme (PLU) en vigueur sur la commune (non-respect de la loi littoral) ! Autrement dit, le terrain a perdu toute sa valeur, et n'a plus de partie constructible. Il a une vocation spécifiquement agricole, avec impossibilité de poser des infrastructures comme des serres.

15 novembre 2016

18 novembre 2016

Je ne me décourage pas pour autant et je vais rencontrer la Direction Départementale des Territoire et de la Mer (DDTM) le 18 novembre pour présenter le projet et déterminer les démarches à faire pour pouvoir m'installer et vendre ma production. J'y apprends qu'il est possible d'obtenir une équivalence au Brevet Professionnel Responsable Exploitation Agricole (BPREA) à travers ma formation d'ingénieur antérieure. Les dossiers sont à demander à la DRAAF de mon département. En parallèle, la DDTM m'indique de faire un dossier de demande d'autorisation d'exploiter la parcelle de Plouhinec en précisant que je suis en train de faire les démarches pour avoir la Capacité Professionnelle Agricole - CPA (avec la DRAAF) et pour démarrer mon PPP (à la chambre d'agriculture ou au Groupement des Agriculteurs BIO).
Mon dossier est reçu complet le 6 décembre à la DDTM qui m'informe que je suis classé priorité 10 (donc dernier) car je n'ai pas encore fourni les pièces justifiant ma CPA et mon PPP agréé. L'administration m'informe que les candidatures concurrentes peuvent arriver jusqu'au 6 février 2017 et qu'en cas de concurrence la Commission Départementale d'Orientation de l'Agriculture (CDOA) sera consultée. Le préfet de la Région Bretagne a jusqu'au 6 juin 2017 pour donner sa décision. La première fille de la famille Honnette s'appelle Camille (Camille Honnette!). Pour information c'est le 30 mars 2017 que je reçois du préfet de la région Bretagne l'accord pour exploiter la parcelle de Plouhinec. Il n'y a pas eu de candidatures concurrentes, et donc pas de passage en CDOA.

6 décembre 2016

2 décembre 2016

Le 2 décembre 2016, je rencontre le DRAAF avec mon dossier de motivation (formation ingénieur, cours certifié de design en permaculture, formation Maraîcher à la ferme du Bec-Hellouin à venir en début d'année 2017...). Mais cela ne suffit pas pour obtenir la Capacité Professionnelle Agricole, notamment car le domaine de mon école d'ingénieur n'est pas lié à l'agriculture. Avec le recul d'aujourd'hui, je me dis heureusement que j'ai été recalé car mon futur BPREA à venir m'apportera énormément !
Je rencontre alors le 6 décembre le Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'Agriculture (CA) et en parallèle au Groupement des Agriculteurs BIO (GAB). Je découvre alors la guerre de chapelle entre les deux organisations, notamment au niveau des structures de formation BPREA. La CA ne m'a parlé que de leur centre de formation privé tandis que le GAB m'a fait découvrir le lycée public du Gros Chêne de Pontivy. Je prends donc rendez-vous avec les deux centres de formation et c'est clairement avec celui de Pontivy que je ressens le plus d'intérêt pour les petites fermes et méthodes de productions alternatives. Je signe donc pour commencer mon BPREA en septembre 2017 !

6 décembre 2016

Fin décembre 2016

Par ailleurs, je suis toujours déterminé à m'installer à Plouhinec, je m'atèle à trouver des solutions pour pouvoir au moins poser des serres sur le terrain et y associer à moyen terme un logement de fonction. Je rencontre un avocat spécialisé dans la loi littoral, les services urbanismes de la chambre d'agriculture, la commission des sites de la DDTM, bref toutes les personnes pouvant m'aider sur ce sujet. Force est de constater qu'avant les fêtes de fin d'année, l'abandon du projet sur le terrain de Plouhinec se précise. Mais rappelez-vous le principe de permaculture : "Le problème est la solution" ! De cet abandon du"Hameau du Mezat", projet d'abord limité à ma famille, va naître le projet collectif "Demain en main" !
Entre janvier et septembre 2017 je me consacre pleinement à la création d'un collectif plus large du type Oasis. A travers de nombreuses rencontres, nous consolidons un cercle souche de 6 personnes, nous écrivons ensemble la Raison d'être du projet "Demain en main", l'Arbre à produit regroupant l'ensemble des activités développées, les 3 Objectifs, les règles de gouvernance du groupe et le schéma juridique du projet. Je ne développe pas plus ce volet, je rédigerai plus tard des articles détaillés liés aux projets collectifs. Je réalise aussi la formation Maraîcher permaculturel à la Ferme du Bec Hellouin. Une expérience fantastique, avec des intervenants et un contenu de très grande qualité (là aussi, j'écrirai plusieurs articles sur cette formation).

Janvier à juillet 2017

Mi-Juillet 2017

Reprenons donc mon installation agricole ! C'est au cours de l'été 2017, à travers du bouche-à-oreille que nous rencontrons une propriétaire dans le pays d'Auray qui cherche à transmettre son lieu à un collectif prêt à faire revivre son hameau (aujourd'hui des gîtes touristiques). Nous tombons tous amoureux du lieu, mais nous ne sommes pas encore prêts à signer l'achat car notre groupe est encore très jeune et nous n'avons pas encore bien dimensionné le projet (surfaces des habitations, taille de la ferme, besoins en infrastructures agricoles...). Nous convenons avec la propriétaire de nous donner jusqu'au 31 mai 2018 (soit près de 10 mois !) pour lui faire une proposition ferme d'achat, ce qu’elle accepte. En retour, nous créons du lien en l'aidant sur son terrain et on développe des activités associatives comme du jus de pomme et des formations.
La période de septembre 2017 au 31 mai 2018 a été pour moi d'une rare intensité. Nous avons rédigé le programme complet du projet "Demain en main" et dimensionné précisément l'activité agricole du site (temps de travail, 4 associés, ateliers de production, activités pédagogiques, activités d'accueil et restauration). En partenariat avec un cabinet d'architectes nous avons réalisé une étude de faisabilité du projet sur le lieu (besoins de logements et travaux possibles en loi littoral - je suis devenu prudent là-dessus vous vous en doutez !). Enfin, nous avons monté le plan de financement global (investissements agricoles, habitats et activités commerciales de formation) en partenariat avec la Coopérative des Oasis et Terre de Liens. 

Septembre à mai 2018

31 octobre 2017

Le 31 octobre 2017, nous rencontrons le service urbanisme de la mairie pour présenter le projet "Demain en main" en cours d'élaboration. Nous souhaitons rapidement connaître le positionnement de la mairie et surtout identifier les possibilités de construction. Côté habitat, nous avons quelques déceptions car le terrain n'est pas constructible : nous avons une seule extension de 30m² au sol de possible ainsi que des surélévations de bâtiments existants (loi littoral). Nous allons devoir être créatif pour rénover le hameau pour créer suffisamment de logements. En revanche, nous avons un très fort soutien pour le volet agricole. La mairie veut soutenir le projet notamment en appuyant nos demandes de permis de construire. Bonne nouvelle !
Le 25 avril 2018 c'est le grand jour de nouveau à la mairie. Nous présentons le plan d'aménagement du lieu (appelé schéma directeur) co-réalisé avec nos architectes. Nous recevons un très bon accueil, car notre projet est sérieusement mené, et nous sommes attentifs au respect du PLU. Lors de cet entretien, la mairie a renouvelé son souhait de soutenir l'installation de la ferme, ce qui nous donne confiance pour la suite.

25 avril 2018

14 mai 2018

Le 14 mai 2018, je vais avec mes 3 futurs associés du projet agricole présenter le projet "Demain en main" à la chambre d'agriculture. Les échanges sont plutôt positifs, nous avons bien préparé notre intervention. Notre plan d'aménagement et le prévisionnel sont solides grâce notamment à nos récentes formations BPREA (Brevet Professionnel Responsable Exploitation Agricole). A l'issue du RDV un de mes associés et moi-même décidons de démarrer notre PPP (Plan de professionnalisation personnalisé) à la chambre d'agriculture. En parallèle les 2 autres associés réaliseront leur PPP au GAB (Groupement des Agriculteurs Bio). A travers cette démarche, nous souhaitons faire une passerelle entre ces deux réseaux qui ne communiquent pas beaucoup.
Le 26 mai 2018 nous sommes reçus par le Maire de la commune. Pendant une heure nous échangeons sur le projet "Demain en main" et les différents points de vigilance lors du dépôt de permis de construire. L'ambiance est agréable, le maire à visiblement bien travaillé notre dossier et nous confirme son appui sur le volet agricole. La 2ème fille de la famille Honnette s'appelle Chance (Chance Honnette!).

26 mai 2018

31 mai 2018

A la suite d'une intense réunion de concertation du collectif, le 31 mai 2018, nous avons fait une proposition d'achat du lieu qui a été acceptée ! Nous avons ensuite mis à profit les mois de juin et juillet pour rédiger le compromis de vente dont la signature est prévue pour la rentrée.
Le lendemain, le premier juin 2018 (ça carbure !), nous avons rendez-vous avec le service urbanisme de la chambre d'agriculture. Ce service donne un avis sur TOUTES les demandes de permis de construire en milieu rural, il est donc essentiel d'être en phase avec eux pour ne pas avoir de refus plus tard. Pour moi cela a été le plus important rendez-vous de mon parcours à l'installation ! Nous étions assez peu rassurés avant d'entrer en salle car les projets collectifs sensiblement différents de l'agriculture classique sont parfois mal perçus par la Chambre d'Agriculture. Et à notre grande surprise nous avons reçu un accueil enthousiaste et motivé pour le projet "Demain en main" ! Durant près de 3 heures, l'équipe de la Chambre d'Agriculture nous a conseillé pas à pas sur la stratégie à adopter pour déposer le permis de construire (interlocuteurs clés à la communauté de commune, points de vigilance sur les activités dans les locaux agricoles, distances et surfaces possibles...).

1er juin 2018

31 juillet 2018

Le 31 juillet 2018 nous avons déposé auprès de la DDTM notre demande d'autorisation d'exploiter les terres (encore un joli dossier à faire, mais rien de difficile à la suite du BPREA). Les candidatures concurrentes d’autres paysans peuvent arriver en DDTM jusqu’à début octobre et le préfet de Région Bretagne statuera sur notre demande d’ici noël. Croisons les doigts !
Voilà où j'en suis aujourd'hui dans mon labyrinthe à l'installation. Les prochaines étapes d'ici Noël sont les suivantes : déposer le permis d'aménager du site (construction, surélévations, extensions, bâtiments agricoles, serres...) et lancer la collecte de fonds !

Fin d'année 2018

J'espère que je n'ai pas été trop long, bravo si vous avez lu jusqu'au bout. Je vous donne donc le prénom de la dernière fille de la famille Honnette : Marie (Marie Honnette!). Je pense que c'est important de partager nos expériences pour faciliter l'installation de petits paysans qui ne sont pas issus du monde agricole. N'hésitez pas à partager en commentaire votre parcours et vos difficultés, j'y répondrai avec plaisir.

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Julien LerayChauviac lucas Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Chauviac lucas
Invité
Chauviac lucas

Tres interressant merci beaucoup pour votre partage